[creation site web] [creation site internet] [logiciel creation site] [Accueil]
[mail balise25]
[]
[]
[]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]
[Accueil]

La course d'orientation

Liens  -  Contacts

SPORT DE PLEINE NATURE

La Course d'Orientation a vu le jour, au début du siècle, dans les vastes forêts scandinaves. Progressivement, elle a gagné de nombreux pays dont la France où son implantation remonte à une trentaine d'années. En Franche-Comté, elle connaît un essor important en raison de la variété des terrains et des forêts de la région. Sous l'impulsion de la FFCO (Fédération Française de Course d'Orientation) créée en 1970, de nombreux clubs sont apparus et les pratiquants n'ont cessé d'augmenter.

On compte aujourd'hui en France :

  • 180 clubs
  • 48 comités départementaux
  • 20 ligues régionales
  • près de 40 000 pratiquants recensés
  • plus de 500 manifestations organisées chaque année

Des chiffres qui témoignent des efforts entrepris pour développer cette discipline en France, un pays qui offre des conditions idéales pour la pratique de la Course d'Orientation avec plus de 14 millions d'hectares de forêts (1/4 de sa superficie ). Il va sans dire que la Course d'Orientation est un sport connu et ... reconnu. Une activité sportive à part entière, avec son histoire, son organisation, ses structures et son calendrier de manifestations départementales, régionales, interrégionales, nationales et internationales.

LA PRATIQUE

Par vocation, la course d'orientation est largement ouverte à tout le monde : jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, spécialistes et amateurs, champions et débutants ... Chacun peut la pratiquer à sa manière, selon ses motivations, en compétition ou en loisir, seul, en équipe, en groupe ou en famille, à pied comme à ski ou à VTT et en raquettes, de jour comme de nuit ...

POUR TOUS LES NIVEAUX

Selon les catégories définies en fonction de l'âge, du sexe et des performances, chacun peut trouver, au cours d'une même compétition, un parcours à sa mesure : les débutants ne parcourent que 1,5 km, les élites masculins entre 12 et 15 km, les élites féminines entre 9 et 12 km.

POUR TOUS LES GOUTS

Il existe plusieurs variantes de la course d'orientation pédestre classique, dont voici quelques épreuves couramment pratiquées :

  • la CO à Ski

  • la CO à VTT

  • le Raid d'Orientation (en général sur 2 jours)

  • la Randonnée Orientation

  • la CO Courte Distance (sprint)

  • la CO Moyenne Distance (médium)

  • rencontres de CO en Raquettes

LA TECHNIQUE

Pour choisir et suivre son itinéraire, l'orienteur doit tirer partie des informations que lui donnent à la fois la carte, la boussole, l'environnement.

LA CARTE

Etablie par des spécialistes de la FFCO, cette carte, d'une grande précision, est absolument indispensable à la pratique de la course d'orientation. Les échelles les plus couramment utilisées au 1/10000ème, 1/15000ème et 1/20000ème en permettent une bonne lisibilité. C'est la représentation du terrain avec tous les détails topographiques : relief, nature du terrain, végétation, hydrographie, voies de communication, constructions ... et tous points caractéristiques pouvant aider le coureur à s'orienter. Le nord magnétique y est représenté par des traits bleus ou noirs.

Un langage codé :

L'orienteur doit pouvoir, d'un seul coup d'œil sur la carte, se faire mentalement une représentation du terrain en fonction de la forme et de la couleur des symboles qui y sont portés.

- le noir est attribué aux voies de communication, constructions, rochers,

- le bleu signale la présence de points d'eau,

- le jaune les terrains découverts,

- le vert plus ou moins foncé, correspond à la densité de la végétation (pénétrabilité),

- le bistre représente le rélief,

- le circuit est matérialisé en rouge. Le triangle pour le point de départ, des cercles pour les postes à découvrir (balises), deux cercles concentriques pour l'arrivée.

Les symboles sont autant de signes conventionnels qui permettent à l'orienteur de choisir un itinéraire, d'évaluer les obstacles, de calculer la distance entre deux points de contrôle et de se situer à tout moment sur son parcours.

LA BOUSSOLE

Elle sert, avant tout, à orienter la carte et à garder la bonne direction course, en particulier sur un terrain où les points de repère font défaut. Adaptée à l'orientation, elle permet, par une opération simple, de prendre une direction à partir de la carte. La boussole, qui est munie d'une réglette, s'utilise aussi pour mesurer les distances d'après l'échelle de la carte.

L' ENVIRONNEMENT

Les données abstraites fournies par la carte et la boussole doivent sans cesse être vérifiées par la perception de la situation sur la terrain. En fonction du paysage qu'il découvre et des sensations diverses qu'il perçoit (contact avec le sol ...), l'orienteur reçoit un certain nombre d'indications qui lui permettent de contrôler sa source.

UNE GYMNASTIQUE PHYSIQUE ET INTELLECTUELLE

La pratique de la CO exige des qualités que l'orienteur met en œuvre au fur et à mesure qu'il acquiert de l'expérience : esprit d'analyse et de synthèse (pour combiner toutes les informations reçues et n'en retenir que l'essentiel), observation, endurance, concentration, résistance, faculté d'adaptation, anticipation, mémorisation, rapidité de jugement etc...

Un exercice passionnant et stimulant, à la fois : pour le corps : il développe l'endurance. pour l'esprit : il sollicite constamment l'intelligence, l'intuition, la logique.

LE PRINCIPE

La course d'orientation se définit comme une course individuelle contre la montre, se pratiquant essentiellement en forêt et en terrain varié, en utilisant une carte et une boussole.

Il s'agit pour le coureur de découvrir le plus vite possible, dans un ordre imposé, mais par l'itinéraire de son choix, des balises dont la position a été repérée avec précision sur une carte. A chaque balise, l'orienteur justifie son passage grâce à un carton de contrôle ou à une puce électronique.

Gagne, naturellement, celui qui a effectué le parcours en un minimum de temps.

Sur le terrain l'orienteur doit courir, le plus vite possible, tout en restant assez lucide pour suivre son itinéraire d'après la carte.

Il doit, en même temps, négocier avec la nature, franchir ou contourner les obstacles, choisir entre plusieurs itinéraires. Des alternatives qui rendent chaque course passionnante.

Le temps mis à parcourir le trajet est donc non seulement fonction des capacités physiques du coureur, mais aussi, de son entraînement à lire la carte, de sa rapidité à s'orienter et de son aptitude à s'adapter au terrain. Autant dire que, dans une course d'orientation, la tête compte autant que les jambes.

COMITE DEPARTEMENTAL DU DOUBS
LIGUE DE FRANCHE-COMTE DE COURSE D'ORIENTATION
FEDERATION FRANCAISE DE COURSE D'ORIENTATION
BALISE 25